Jean-Marc Lugaro

 

stakhanoviste du cyclisme

Pour beaucoup, Jean-MarcLugaro serait fou. Fou de vélo.

À58 ans, le cycliste de Lambesc enchaîne des performances remarquables : 35000 kilomètres parcourus en 2016 et près de 37 000 prévus en 2017. Le chaud goudron provençal n’a jamais réussi à faire fondre sa passion pour la route.

"Je me fixe des objectifs, insiste le Parisien, dans le Sud depuis 10 ans, je fais du vélo depuis 33 ans et j’aime ça". Aimer est un euphémisme. Le coureur a prévu cette année de réaliser son septième "365". Autrement dit, une année entière à enfourcher, tous les jours, son deux roues profilé. Plus incroyable encore, il a réussi le pari lancé par son ami Rémi Pauriol : faire 1000 jours consécutifs de vélo, soit 2 ans et demi sans interruption.

"Je vais même parfois voir ma petite fille en deux roues. Je dois être le roi du Lambesc-Cannes" , plaisante l’homme, avec la jovialité qui le caractérise. Malgré cette gloutonnerie de la route, il arrive à concilier travail, vie de famille et passion. Ce stakhanoviste de la bicyclette peut aussi compter sur le soutien de ses compagnons

d’échappée. Pas question d’abandonner un objectif.

"C’est Rémi qui me remotive pour rouler", insiste celui qui fera, avec l’ancien de Cofidis, la course d’endurance des 24 heures du Castellet. En guise de préparation pour cette course un peu spéciale, un régime assez indigeste : 750 kilomètres hebdomadaires. À titre de comparaison, un cycliste professionnel, hors compétition, roule environ 600 kilomètres par semaine.

"Ceux qui me connaissent comprennent. Même s’ils me disent de faire attention à ma santé",souligne le forçat de la route, qui a quelques grandes courses d’endurance à son compteur : quatre Bordeaux-Paris et deux Paris-

Brest.

Depuis novembre 2016, le passionné s’est même trouvé une nouvelle source de motivation: les challenges. Application bien connue des cyclistes,

Strava propose des challenges mensuels "distance", qui permettent aux plus téméraires de comparer leur performance.

Avec 763 kilomètres au c o m p t eur en février, Jean-Marc Lugaro est 3ème du classement.

Ce n’est qu’un début.

 

Nathanaël VALLA-MOTHES

Un de plus chez les BILLON

 

Ce matin tôt, est née Juliette, dit le 5ème élément, puisque déjà 4 petits enfants. 

 

Même si le Papy aurait préféré un petit VTTiste, Juliette est née le 15 Janvier comme son arrière Grand Mère, bienvenue à Juliette.

 

A bientôt sur les chemins

 

 

Joelle et Michel Billon

Le Vélodrome de Lambesc: 1896-1926

Le vélodrome de Lambesc était implanté, en partie sur le rond Point et en partie sur le parking de Casino. Il était en terre battue et a fonctionné jusqu'en 1926. Abandonné par la suite, il s'est dégradé rapidement et les anciens se souviennent uniquement de l'emplacement. Il a vraiment disparu avec la création des routes. 

Il existe au musée du Vieux Lambesc un fascicule qui donne quelques explications complémentaires.

Merci aux adhérents qui m'ont apporté divers renseignements

Paul

 

Notre ami Jeannot a 70 ans:

Pour l'anniversaire de Jeannot, Roland S et ses amis de la route avaient décidé de lui faire une surprise. à 16h, après une sortie route marquée par la fraîcheur les routards sont arrivés chez Jeannot, Sirianne avait préparé un petit cadeau (un week end en amoureux) et mis dans la confidence Dan. Les vététistes étaient présents également pour cette petite fête. Dans un discours remarquable que personne n'a écouté, le secrétaire a évoqué la longue carrière de Jeannot au sein du CCL, son implication personnelle au sein du CCL, il a fait partie du bureau durant quelques années, il a participé à tous les séjours d'une semaine, il est souvent présent aux sorties où il est la locomotive du peloton. Il a bien un peu testé (en Camargue) le VTT mais ce n'est pas sa tasse de thé. Depuis quelques années, Jeannot est également un généreux donateur en nous offrant une subvention supérieure à celle de la Municipalité et l'an dernier, il a pris à sa charge l'organisation de la Jacques Brasseur.

C'est donc dans la joie et la bonne humeur que nous avons fêté l'anniversaire de notre ami Jeannot et nous terminerons par son expression favorite:

<TOUT VA BIEN>

Paul

 

Bonjour,
Je voulais partager mon expérience et la représentation du club sur une course de la région !
Très difficile pour moi, ces triathlètes ne sont pas fait comme nous... Mais je me suis accroché et j'ai bouclé le tour.
Une petite photo à l'effigie du CCL qui m'a valu beaucoup d'encouragements.
À bientôt

 

Benoit 

Randonnée  vélo au fil du Rhône sur la Viarhôna ou VR17 . De Genève à Port saint Louis du Rhône

Période : du 22 Aout 2016 au 1 Septembre

Participants du Cyclo club de Lambesc :Dany Lemaire et Claude Gibert avec2 copains du Cyclo club de Coudoux Jean Pierre et Daniel

Les Vélos : VTT avec pneus lisses et étroits /2 sacoches et un sac sur porte bagage /

Les étapes : 10 étapes de 80 Km environ avec hébergements retenus a l avance  en chambres d’hôtes / Bungalow/ Hôtel /Auberge de jeunesse

                 Transport      Aller en TGV Avignon / Genève  avec compartiment spécial vélo

                  Les journées : départ 8H30   Pique Nique le Midi !!! Bière a l arrivée  et Resto le soir .

                   Le Tracé : sur cartes détaillés et enregistrement GPS

Au total 830 Km en comptant les visites Et 1000 M de dénivelé ( Sur 10 jours ).

Parcours roulant sur piste cyclable la plupart du temps .  Très agréable et varié,  bien balisé sauf dans le Vaucluse et Bouches du Rhône

Les ennuis : Quelques crevaisons et changement de Pneus mais rien de grave

Les inconvénients. Grosse chaleur et soleil de Plomb sur tout le parcours  ce qui devenait pénible l après midi

Bonne entente dans le groupe

 

Claude

Grande Traversée de Vaucluse (première partie)

4 étapes, 4 jours, du 7 au 10 octobre 2016 réalisée en semi-autonomie (pas de voiture suiveuse, sac de 7/8kg + sacoche de guidon et nuits en hôtel/chambre d’hôte)

Participants : Bernard L (organisateur) vam, Michel B vae, Christian M vae

Logistique : 2 véhicules, l’un déposé en passant à l’arrivée qui nous permettra de récupérer l’autre laissé au départ.

Coût : environ 180€/personne (1/2 pension, pique-nique du midi et bières)

Le tracé serpente sur les  deux faces du Mont Ventoux ainsi que dans les dentelles de Montmirail puis les Monts de Vaucluse. 179 km, 6798m D+, 6902m D- (données carto). C’est du lourd ! L’engagement n’excède pas le V4 avec un niveau moyen situé à V3+. C’est souvent cassant, technique, éprouvant pour le matériel et le pilote.

 

Premier jour : vite dans le bain, ça promet ! Savoillans  à Malaucène

Rendez-vous chez moi à 8h15 le vendredi matin. Chargement des véhicules et départ. Au passage on laisse la voiture de Michel à St Saturnin lès Apt. Arrivée vers 10 h 45 à Savoillans au fond de la vallée du Toulourenc. Il fait beau, un peu frais, idéal pour le vtt. Photo devant le panneau de la GTV et départ….. on tape directement dans le dur car  le tracé suit le GR 91 avec de  longs et pénibles portages (1 heure et demi) avant d’atteindre la crête où on peut enfin souffler et se restaurer. Le moral en a pris un coup , on se dit que si la suite est à l’avenant, ça sera vraiment difficile…

[Heureusement, il n’en est rien : cette première montée s’avèrera en fin de compte la plus exigeante des 4 jours.]

Après le casse-croûte, on entame une longue descente technique sur Brante (cailloux, blocs), suivie d’un gros coup de cul sur piste (col de Fontaube, puis col du Conte) pour enfin accéder à la longue descente sur Malaucène. Il est déjà 18 heures, le ciel est couvert et il ne fait pas très chaud. Changement de plaquette AR pour moi, petite bière et courses pour le pique-nique du lendemain avant de rejoindre notre maison d’hôtes « Aux tournesols ». Nous y apprendrons que cette première étape, quoique la plus courte de la GTV est aussi la plus difficile. D’habitude les VAE la shunte à cause des portages !

 Au final :33 km, 1546m D+, 1720 m D-

Deuxième jour : ça va mieux !  Malaucène à Bedoin

Ciel bleu et grand soleil dès le matin. Départ 9h20. Le deuxième jour commence avec un bon poussage (gros cailloux) qui nous mettent directement dans le bain. Heureusement ça ne dure pas trop longtemps. En haut le panorama sur les dentelles de Montmirail est grandiose. Elles sont encore très éloignées mais le tracé, par une succession de montées/descentes tantôt sur routes, sur pistes, ou  sur chemins va nous en rapprocher inexorablement.  Un groupe de 6 jeunes vététistes nous rattrape en haut de la crête de  st Amand et nous roulons ensemble pendant un bon moment. Ils suivent également les balises rouges de la GTV, et on les reverra souvent par la suite. Première crevaison de Michel.

Pique-nique très cool au soleil sur un banc près de la fontaine dans petit village de Lafare.

On repart et ça continue de monter/descendre. Les chemins sont moins caillouteux (en sous-bois) et c’est beaucoup plus sympa qu’hier. On passe au Château de Barroux (deuxième crevaison de Michel ) Les jeunes nous passent, on les rattrapera plus loin au lac du Paty, superbe. Ce n’est pas fini, il y a encore de beaux singles, de belles montées avant de rejoindre Bédoin ou plus exactement 5 km plus loin, l’hôtel le  Guintrand au hameau de St Colombe sur la route du Mont Ventoux. Changement de plaquettes AR pour Michel

L’étape du jour : 47km, 1965m D+, 1828m D-

Troisième jour : direction le ventoux ! Ste Colombe à Sault

Une ascension de 15 km et de plus de 1000m d’une traite nous attend ce matin une fois que nous aurons rejoint le tracé. Heureusement le vent froid qui s’était levé hier après-midi peu avant notre arrivée à l’hôtel est tombé dans la nuit. Il fait beau.

La montée par la piste jusqu’au Chalet Reynard est éprouvante même en vae, car il nous faut absolument économiser l’énergie électrique  si on veut arriver au bout de l’étape. (hier il ne me restait que 8% de batterie en arrivant à l’hôtel). Alors mode éco jusqu’au bout. La piste est assez large, pas trop pentue, pas trop caillouteuse, alors ça va. Mais c’est long ! Notre ami Bernard est vraiment épatant, il mène son petit train sans défaillir. Chapeau ! En chemin on rattrape  des vététistes italiens venus exprès pour le Ventoux, et notre groupe de jeunes de la veille en train de réparer une crevaison..

Enfin la piste descend et nous atteignons le Chalet Reynard. IL est un peu plus de midi. Le ciel s’est bien chargé, il y a du vent et nous sommes frigorifiés. On ne nous autorise pas à pique-niquer à l’intérieur du chalet alors on ne va pas moisir ici. On se dépêche de casser la croûte pour pouvoir repartir au plus vite. On décide de shunter en partie une petite boucle pour diminuer un peu le D+ de l’après-midi. On bascule donc rapidement sur le versant Nord du Mont Ventoux sur un sentier escarpé en balcon ludique et technique. Une nouvelle bascule sur la face Est nous conduit par une longue et rapide descente « single » vers Aurel. Le ciel s’est à nouveau dégagé, le soleil brille tout va bien !

D’Aurel il nous faut remonter un peu sur le plateau avant de pouvoir redescendre sur Sault. Il n’est que 16 heures, on va pouvoir s’installer tranquillement dans nos chambres à l’hôtel d’Albion, prendre une bonne douche avant d’aller « en ville » acheter les provisions pour demain et déguster une bonne bière au soleil en terrasse panoramique.

J3 : 58 km, 1898m D+, 1585m D-

 

Quatrième jour : petit dénivelé qu’ils disaient ! Saultà St Saturnin-lès-Apt

Il fait très beau ce matin, un peu frais, le temps est idéal. On part plus tôt (8 h30) car ce soir nous aurons pas loin de 3 heures de conduite pour récupérer le Toy’ à Savoillans et rentrer sur Lambesc.

On roule tranquille dans la plaine jusqu’à Monieux où on pénètre dans les gorges de la Nesque. Le chemin se resserre et devient de plus en plus technique au fur et à mesure de la progression. Ca monte et ça descend sans arrêt. On pousse souvent. Ca devient plus facile et plus roulant quand on quitte les gorges pour rouler sur le plateau des monts de Vaucluse.  Pique-nique farniente dans l’herbe au soleil à l’abri du vent au milieu des champs de lavande. Ca roule encore facile au début de l’après-midi. Puis la descente sur St Saturnin se fait par une succession de sentiers monotraces entre les vallons rocheux, entrecoupée d’autant de remontées pierreuses. Ca n’en finit pas. L’ami Bernard est cuit. Mais il s’accroche…

Une dernière descente et c’est l’arrivée salvatrice à St Saturnin. Photo, chargement du matos, bière et retour (c’est long) à Lambesc.

J4 : 49 km, 1389mD+ (900m sur le papier !), 1769 m D-

 

Fin de la première partie de la GTV.

Il nous reste 3 étapes :

St Saturnin à Vitrolles en Lubéron

Vitrolles à Lauris

Lauris à Mérindol

C’est dans le Lubéron et plus près  de chez nous. Au printemps prochain ?

 

 

 Merci l’ami Bernard pour l’organisation (parcours, résas…) et chapeau pour avoir vaillamment tenu le coup sur un tracé qui était un vrai défi ! Je crois que tu as encore de belles années de v.p.u.m* devant toi avant de penser au v.p.m**

*Vpum : Vélo à propulsion uniquement musculaire.

**Vpm : Vélo à propulsion mixte

 

 

Christian M

Le Tour du Vaucluse
GTV 2016 Bernard Cri Michel B.pps
Présentation Microsoft Power Point 12.7 MB

CR  90km autour de l’étang de Berre à VTTAE du 16-09-2016, 1 participant.

 

Mon projet de ce vendredi 16 septembre : aller sur un parcours VTT pour repérer de Saint Chamas à Martigues en longeant au maximum les bords de l’étang de Berre. A Martigues si tout va bien je continue le tour de l’étang, sinon je reviens à Saint Chamas par la route.

 

La météo annonce une journée nuageuse avec risque mineur  de pluie, je décide tout de même de partir tôt le matin, direction ST Chamas, quelques flaques d’eau sur la route mais il ne pleut pas.

 

Depuis quelques temps j’avais préparé mon parcours, au préalable j’avais déjà  fait quelques repérages, je savais que je me lançais sur une longue journée d’environ 90 km, avec du véritable VTT jusqu’à Martigues

 

Me voici à St Chamas il fait frais, un coup d’œil au ciel pas du tout menaçant mais assez nuageux, j’emprunte un parcours connu jusqu’à l’étang de l’Olivier et Istres. En arrivant en bordure de l’étang de Berre, je m’aperçois qu’il y un balisage du GR 2013, je vais le suivre jusqu’au Ranquet, c’est beaucoup mieux et plus efficace que mon tracé gpx. Je passe à Proximité de Saint Mitre les Ramparts, mon parcours me mène jusqu’à Martigues toujours en longeant l’étang. Seule une énorme flaque de boue collante retarde ma progression, nettoyage oblige. Arrivé à Martigues j’ai fait 32 km, je fais le point, il est 11h et il me reste 66% de batterie, aucune menace de pluie à l’horizon. Je décide de continuer, sachant que j’estime sans certitude ma distance restante à 60km. Contrairement à ce que je venais de faire le parcours sera plutôt plat avec beaucoup de routes, c’est donc jouable.

 

La traversée de Martigues est laborieuse je comptais rester au bord de l’étang, mais je me retrouve enfermé dans une propriété, heureusement une charmante dame m’ouvre le portail. J’empreinte des sens interdits, des trottoirs pour finalement retrouver ma route, il faut vraiment peaufiner cette traversée. Ensuite effectivement il y a de la route je traverse la Mède, j’essaie d’économiser ma batterie, au milieu de la plage du Jaï après avoir fait 45km, milieu présumé du parcours, il me reste 59%, (ça devrait aller), je continue à rouler sans assistance on ne sait jamais.

 

Pause pique nique sous quelques gouttes de pluie et tonnerre, je lève la tête c’est seulement un avion de ligne qui passe. Je traverse Gardanne, il faut que je contourne l’aéroport,  et là c’est un grand moment de solitude, je me retrouve sur un énorme échangeur des voitures partout il faut pourtant que je passe devant Eurocopter.  Je me mets en mode Sport pour dégager au plus vite, ça circule et ce n’est pas l’heure de pointe, j’agite mon bras à chaque sortie pour montrer mon intention,  je me dégage enfin de cet enfer.  Vers Rognac je retrouve le calme au bord de l’étang, des odeurs de cuisine partout, des gens attablés en terrasse me regardent passer avec étonnement, mes deux tranches de jambon sont loin, je m’arrêterais bien, mais il faut continuer. Encore une fois il faudra peaufiner la sortie, je franchis un portail avec panneau (entrée strictement interdite), c’est un camping j’arrive à sortir incognito.

 

Sur la national 113, ça roule mais les bordures sont larges. Direction Berre l’Etang, quelques odeurs désagréables en passant devant l’usine Pétrochimique de Berre.  A Berre l’Etang je suis surpris par les superbes aménagements vers le port de plaisance. Toujours ou presque en sens interdit, je retrouve mon chemin,  il faudra faire mieux la prochaine fois. Le mistral c’est levé je le prends en pleine face, merci le VAE. Je dérive ma route et passe le long de l’Arc jusqu’à la plage des Merveilles que nous connaissons bien. Obligé encore de prendre la route par allez à St Chamas tout proche, je fais un détour par la petite Camargue. J’avais oublié qu’il avait plu, encore de la boue mais celle-ci elle ne colle pas heureusement. Je vais rejoindre St Chamas en allant visiter le magnifique lavoir des Contagieux.

 

Je ne me suis pas trompé de beaucoup, j’ai fait 89km, et surprise 756m de dénivelé, en pédalant souvent sans assistance, il me reste 33% de batterie. Pas du tout de pluie de la journée, ça valait le coup de prendre des risques.  

 

Je pense que cette aventure est vraiment destinée aux VAE, mais c’est faisable sans assistance il faut savoir qu’il y a beaucoup de route, et la distance est conséquente.         

 

 

Michel B   

La Transverdon 2016
Christian M, Michel B, Bernard L et Dany
Compte-rendu Transverdon.pdf
Document Adobe Acrobat 175.5 KB

Troisieme jour de notre raid vtt. Du très beau vélo une météo et des paysages magnifiques. Tout se passe bien. La Transverdon, du col d'Allos à Manosque en 6 jours est vraiment un must.
Cri avec Dany, Bernard et Michel

 240 km à VTT AE, sur deux jours.

Depuis longtemps j’avais en tête un projet, de partir de Lambesc pour aller chez un ami à Ribiers au dessus de Sisteron et retour. Au meilleur de cas il y a 150 km à l’aller et 150 km pour le retour, que j’avais l’intention de faire en deux fois deux jours, Mais madame passa par là, elle considérait que deux fois deux jours était trop long et contraignant, j’ai donc revue ma copie.

Puis sont arrivés les VAE, celui de Joëlle et depuis peu le mien, j’ai donc reconsidéré le projet avec ces nouvelles machines, l’inconvénient est qu’il n’est pas facile de transporter de nombreux bagages avec ce type de vélo, sauf avec une éventuelle remorque que je n’avais pas.

Mon transport de bagages sera résolu par mon ami lui-même, il les apportera chez lui à Ribiers et nous les ramènera à l’occasion. La durée du voyage sera d’une journée, à l’aller et une journée au retour.  Nous partirons de Pertuis pour réduire la distance à 112km donné par CartoExplorer, le parcours sera celui que nous avons déjà emprunté avec Christian M, de Ribiers à Lambesc sur deux jours, avec la tente et sans VAE.

Le lundi 5 juillet, les VAE chargés dans la voiture, il est 8h nous voilà près à partir de Pertuis.  Je ne trouve pas le bon chemin, alors petite innovation je suis un canal parallèle à mon tracé. Vu sur Carto, le profil du parcours est montant, nous partons de 220m pour arrivé à 700m, j’ai calculé plus de 1000m de dénivelé dont environ 400m à faire à l‘arrivée, il faut donc économiser les batteries.

Une chance pour nous les VAE Giant une fois lancés roulent très bien, nous nous aidons du moteur uniquement lors de fortes côtes, si bien que nous arrivons après 46km au plan d’eau des Vannades près de Manosque avec encore 95% de batterie. Ne sachant ce que le parcours allait nous réserver nous continuons à rouler un maximum sans assistance, la Brillanne, Oraison, arrivés aux Mées la fatigue commence à se faire sentir, il fait très chaud et nous buvons beaucoup, 72 km au GPS il en reste encore à faire. A présent il est temps d’utiliser le moteur le plus souvent possible, car il nous reste environ 40 km, les batteries tiendrons le coup. Nous passons Malajai, direction Volonne nous trouvons un super sentier VTT qui est censé faire le tour du lac, malheureusement nous sommes bloqués à un camping qui a barré ce chemin. Après Volonne il faut utiliser la batterie au maximum car une longue côte est à franchir. Nous arrivons à Sisteron que nous contournons pour éviter les montées. Les batteries sont encore bien pleines, nous pouvons nous mettre en mode sport pour terminer notre voyage jusqu’à Ribiers, nous avalons les derniers km et les derniers 400m de côte à grande vitesse. 119,8km au compteur et 1200m de dénivelé, il est 18h,  8 h sur le vélo, 10h en tout, il était temps que nous arrivions, heureusement nous aurons deux jours de repos avant de repartir.

Le vendredi 8 juillet, c’est le départ à 7h, parcours inverse, il pleut, il pleut même beaucoup, il fait froid, alors nous roulons pour nous réchauffer, dans un sens c’est mieux car nous avalons les km, je m’inquiète pour les batteries et les moteurs électriques, à cause de toute cette eau. Arrivés à Volonne la pluie s’arrête, nous sentons la chaleur arriver, les chaussures et les vêtements sèchent. Aux Mées nous décidons pour changer de prendre le canal EDF jusqu’à Oraison. Puis chemin inverse jusqu’au plan d’eau des Vannades, ça devient une étape à ne pas louper la bière est bienvenue, il est 12h15 et 70 km de fait, la moyenne est différente qu’à l’aller le profil du parcours est descendant et nous utilisons plus souvent l’assistance. Nous réalisons les derniers 46 km à une vitesse record pas d’arrêt jusqu’à Pertuis en mode normal puis en sport, sous une chaleur épouvantable, à Pertuis il faisait 37°.

120km comme à l’allée, 6h49 sur le vélo, au lieu de 8h, à une moyenne de 17,7km/h. Il restait 52% de batterie à Joëlle et moi 48%.

Belle aventure, nous savons à présent que nous pouvons envisager de belles balades à VTTAE, en mixant chemins et routes, mais certainement plus en pleine chaleur.                    Joëlle et Michel B   

Robert nous a quittés le 21 avril après avoir passé de longs mois à l’hôpital suite à sa chute inexpliquée de décembre 2014.

Pour nous, ses amis du CCL, Robert était l'adhérent du premier jour. Il était là à la création du Club. Robert était un adepte du vélo de route, il avait un rythme régulier, une allure constante, il aimait bien les sorties moyennes et n’appréciait pas les longues distances. Avec l'âge, il avait rejoint le groupe des Tranquilloux qu'il animait volontiers.

Robert a longtemps fait partie du Comité Directeur du Club, nous pouvions compter sur lui dans l'organisation de nos manifestations comme le Forum des Associations, la Lambescaine et bien d'autres.

En VTT, il a arpenté avec nous tous les chemins autour de Lambesc. Il allait son petit train et ne commettait pas d'erreurs. Il était un modèle de régularité.

Robert avait aussi ce petit accent bien du Midi et il avait l'art de nous raconter des histoires qui n'en finissaient pas avec des rebondissements incessants. 

Nous étions nombreux, membres du CCL mais aussi anciens membres pour assister à la cérémonie à sa mémoire en l'église de Lambesc. Ce fut une cérémonie simple et émouvante où nous avons appris des petits détails cachés de la vie de Robert: son enfance avec ses 4 frères au pied du Garlaban où ils ont fait de belles découvertes sur la nature et sur les traces de Marcel Pagnol, son auteur préféré. Comment il a fait la connaissance de Gisèle lors de surboums improvisées. Son ami Maurice a évoqué le sportif : les grandes randonnées pédestres, le ski et bien sur le vélo. Ses petits enfants qu'il adorait ont parlé d'un grand père patient, à l'écoute, d'une grande gentillesse.

Son coté artiste a aussi été évoqué, depuis longtemps Robert suivait des cours de peinture et d'encadrement. Nous avions a plusieurs reprises d'ailleurs admiré ses tableaux.

Tu nous quittes trois ans après Michel. Tu vas nous manquer l'ami Robert......

Paul

 

 

 

 

 

 

Balade autour du Lubéron

Cri, Michel B et Bernard L

Les cyclos campeurs

Vous trouverez ci dessous une sélection de photos de notre Tour du Luberon.

 

Cliquer que la première photo puis, soit avancer manuellement soit démarrer le diaporama.

 

https://onedrive.live.com/redir?resid=F1A5F9DB9E25D75B!5634&authkey=!ANVT_s1q05beaPc&ithint=folder%2cJPG

 

Bonne visite

 

 

Michel B

Les chaussures du futur

 

Bonsoir à tous et particulièrement aux joggers

Gérard V pense à vous
après les VAE les chaussures qui marchent toutes seules
Paul

Mardi 22 décembre 2015: Thérèse est rentrée à la maison

Ce matin, visite des responsables VTT à notre amie Thérèse. Avec Claude, nous avons trouvé Thérèse bien installée dans son fauteuil, un gros plâtre sur la jambe mais elle garde le moral et avait bonne mine. Il est vrai que Christian est au petit soin pour elle. L'accident a eu lieu vers Charleval, accident bête comme d'habitude,une grosse ornière dans laquelle le VTT a glissé.

La rééducation sera un peu longue mais au printemps Thérèse aura retrouvé la forme.

Bon courage

Paul

Le débat sur le VTT électrique qui alimente les discussions du Club depuis que Christian, pourtant encore jeune, a choisi ce type de machine:

 

1 -Cette fois il ne s'agit pas d'un prêt pour le tester .

Christian

 

2-Non j’y crois pas , notre Cricri qui nous fait un coup pareil !!!


nous avons perdu un de nos membres passé dans les rangs de l’ennemi...


J appelle a la résistance ( mot a la mode en cette période électorale ) pour un vtt sans artifices propulsé a l’aide  de nos petites jambes seulement .


Le combat sera dur ,il y a de la désertion dans nos rangs ,  nous savons déjà que d’autres se préparent dans l’ombre  à passer dans l’autre camp .restons vigilant


Claude

3-Je suis bien déterminé à résister à la tentation VAE car pour moi l'un des buts majeurs des sorties, au-delà de la convivialité, du côté touristique et le plaisir d'être ensemble dans la nature  reste les effets sur la santé et le bien-être en consommant mauvaises graisses et calories
Le rythme imprimé par Paul aux sorties me convient aussi bien tant qu'il n'est pas électriquement motorisé 
Bon we à tous
Didier
4-Je suis bien placé pour le savoir, jeudi soir j'étais proche de passer commande ...
Mais, je ne vais pas vous abandonner, vous les derniers puristes du club aimant se faire mal, et souffrir un max dans les côtes (Claude ???!!)

Soyez quand même vigilants, et surtout, un conseil, n'essayez pas ces machines infernales... !!!

Bon dimanche.

Pierre
5-sans polémiquer, je veux corriger le mail de Didier.

-Pour bruler mauvaises graisses et calories d’après beaucoup de publications sur le sujet c'est en faisant des sorties courtes mais journalières que l'on a les meilleurs résultats, les sorties longues de plusieurs heures 2 fois par semaine n'ont pas beaucoup d'effet sur cet objectif.

-Pour le coté effort, au vu de mon expérience ,mon rythme cardiaque est exactement le même  en sorties avec VAE ou avant en "VAM", la grosse différence est que avec le même effort, la ou je montait a 5-6 km/h , je monte a 10 km/h et je peux suivre le groupe sans le ralentir. l'assistance est proportionnelle a l'effort sur les pédales, ce n'est pas une mobylette .

 Comme tu dis Didier, c'est vrai que le rythme actuel d'un groupe hétérogène VAE et VAM,me convient, mais que si tous les "jeunes" roulaient en VAE, le problème serait différent.

bon WE a tous

Alain
6-N’en jetez plus, la cour est pleine. C’est quoi cette levée de boucliers ?

Comme vous le savez je suis inscrit aussi au vtt Jacquemard et je veux continuer à rouler avec eux le dimanche matin. A 64 ans c’était devenu vraiment trop dur.  Je suis depuis longtemps sujet aux crampes qui me pourrissent la vie de plus en plus tôt, quelquefois au bout d’à peine 25 km. Sur le plan cardiaque, je connais mes limites et  pour ma part je n’ai pas envie de me retrouver un jour tanké dans la colline à deux doigts d'y rester.  

 

Alors résistez, résistez (fontaine je ne boirai pas de ton eau ….) mais laissez chacun pratiquer son activité comme il lui plaît.. Et pour ceux qui pensent que le VTTAE est un truc pour les fainéants, je les invite à en emprunter un sur une journée, on en reparlera après.  (comme dit Alain, ce n'est pas une mob)

Cri


7-

Heureusement qu'il y a les vae pour pouvoir faire les sorties avec le club.Certains ont de l'entrainement

avec la route et le vtt et ne se rendent pas souvent compte de la rapidité des cadences.Pour pouvoir 

suivre le groupe,le vae est un bon moyen de rester dans ce groupe et rester dans ce club sympathique.

 

Vive le vtt et le vae     Francis


 

 

Samedi 5 décembre, test VTT électrique Giant Hybrid.

Au sein du CCL nous voyons de plus en plus de VTT électriques,  et beaucoup disent qu’ils y passeront un jour, moi y compris.

Malheureusement ma première expérience n’a pas été concluante, avec Joëlle un samedi nous sommes allés à APT, louer chacun un vélo électrique pour faire la Route de Ocres. Nous devions faire 50 km, le loueur très confiant nous rassure en nous confirmant que l’autonomie de ses vélos était de 70 km. Déjà septique sur l’allure des vélos, vélo de ville « déception se sont pas des VTT »,  avec batterie sous le porte bagage et un grand panier très pratique à l’avant pour mettre le sac à dos. Je cherche les vitesses, il n’y en a pas, au dire du loueur tout est automatique, il n’y a qu’à pédaler…

Je ne vais pas m’étendre sur ces vélos, mais il y a de quoi être dégouter de ces engins et nous n’avons fait que de la route, 40 km au compteur et il nous restait 17% de batterie, nous avons donc écourté pour rendre au plus tôt ces maudits vélos.

Il est vrai que je n’avais toujours pas roulé sur un VTT électrique, je comptais bien le faire un jour, et ce jour c’est aujourd’hui, car Christian dispose d’un VTT Giant hybride prêté pas un vélociste avec lequel j’ai pu rouler ce matin.

Je vais complètement oublier les vélos électriques et ne ferais aucune comparaison, car il n’y en a pas.

C’est un VTT Giant Hybride modèle 2014 avec batterie de 400w, moteur Yamaha, roues 27.5, position confortable, guidon large, leviers accessibles, tout suspendu, freins à disque, passage de vitesses manuelles, déjà je suis en confiance,  je m’y retrouve dans ce VTT. Quelques tours de roues vendredi après midi pour m’habituer, trois positions de puissance, sport, normal et eco.

En me levant samedi matin, il pleut, j’hésite un moment le VTT est archi propre, et je ne vais pas manquer de rouler dans la boue, mais l’occasion de rouler avec ce beau VTT ne me fait pas hésiter longtemps. Je me souviens qu’à APT j’avais eu froid, car avec l’assistance électrique nous transpirons beaucoup moins, alors je mets 4 couches de vêtement, dont un coupe vent jaune, je protège mon sac à dos et c’est parti sur un parcours que j’avais fait jeudi dernier.

 Au début sur la route 25km/h facile, ma première côte je surveille le compteur plus j’appuie plus ça consomme, j’arrive à trouver le bon équilibre, j’arrive très vite par rapport à mon VTT, sur un chemin de terre, toujours entre 24 et 25km, même sur un faux-plat ou habituellement il faut vraiment pousser sur les pédales, j’avale les KM. Très occupé à regarder mon compteur de consommation, et tester les différents niveaux d’assistance, je suis surpris d’être déjà arrivé à la barrière sur la route d’Eguilles.

Maintenant le terrain va changer, une première côte sur terrain défoncé, le compteur est au maximum, j’essaie de réguler en passant les vitesses. J’arrive dans une descente, puis sa remonte, une autre descente,  tout ceci à grande vitesse, c’est là que je me rends compte que je prends confiance, le VTT répond formidablement. Puis arrive une grande côte qui s’accentue au fur et à mesure, ça monte tranquille, je trouve le bon équilibre, je décide de prendre un single montant vers le Mazet, et là première surprise, la roue avant rebondie très fort sur un rocher, je me retrouve en travers, la roue avant dans les chênes kermes , OK il faudra faire attention.

Après avoir beaucoup roulé en mode normal, je trouve que je ne pédale pas assez, je passe en mode ECO, j’y resterai jusqu’au bout, dans ce mode nous sommes assistés mais il faut pédaler plus fort qu’en normal, cette position me convient.

Je passe sur le pont du TGV, puis je prends une succession de singles qui vont m’amener à Camaïs, toujours dans un single montant, encore sur un rocher je me retrouve de nouveau en travers, carrément éjecté du single, pourtant je connais bien tous ces passages et ça ne m’est jamais arrivé avec mon VTT.

Je prends la direction de la maison en empruntant le long single ouvert par le cyclo club d’Eguilles, je me régal, le VTT est maniable et très stable même dans les descentes techniques.

J’arrive à la maison en ayant battu tous les records sur ce parcours que je connais bien, j’ai fait 26 km j’ai consommé moins du quart de la batterie.

Verdict : J’ai roulé vite, je n’ai pas transpiré, j’ai gardé mais 4 couches de vêtement tout le long.

Quant au VTT, couvert d’une épaisse couche de boue, il a été formidable, d’une efficacité que je ne soupçonnais pas, stable et confortable. Mais attention, c’est un vrai VTT ne pas se laisser griser, nous roulons beaucoup plus vite, alors attention à la gamelle.

Je ne vais pas encore en acheter un, ça viendra certainement, mais je garderais un super souvenir de cet essai. Ce Giant est un formidable vélo, mais j’aimerais en tester d’autres.

Maintenant je pense à nos sorties, ou certains ont des VTT électriques, nous ne jouons pas dans la même catégorie, je le conseil tout de même, lorsque les années passent, ça permet de rester avec les copains.

 

Michel B


L’EuroVelo 6 (EV 6), également dénommée « la route des fleuves », est une vélorouteEuroVelofaisant partie d’un programme d’aménagement de voie cyclable à l’échelle européenne. Longue de 3 653 km elle relie Saint-Brevin-les-Pins en France à Constanțaen Roumanie. L’itinéraire traverse ainsi l'Europe centrale et de l’ouest de l'océan Atlantique à la mer Noire en suivant le cours de trois des plus grands fleuves européens, la Loire, le Rhin et le Danube en passant successivement par dix pays, la France, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie et la Roumanie

 Les Participants à cette aventure.

Jean Pierre / Daniel pour le club de Coudoux et Dany / Christian / Claude  Pour le CCLambesc

C’est donc ce que nous avons fait pendant 5 ans depuis 2011, en 5 périodes de 20 jours, du 20 Aout au 10 septembre environ.

L’équipement était le suivant..  VTT + Sacoches de 13 KG environ.

Voiture / train ou Avion pour rejoindre les points de départ  ou pour le retour.

le soir c’était  Hôtel / chambres d hôtes / Camping/ auberges de jeunesse………………

Les années précédentes nous avions suivi le Danube de sa source en Allemagne jusqu'à son delta en Roumanie et  la ville de  Constanta   .Nous avions traversé  l’Allemagne / L’Autriche / La Hongrie /La Slovaquie / La Croatie / La Serbie/La Bulgarie  et pour finir la Roumanie

Si la partie jusqu'à Budapest en Hongrie est bien fléché la suite est une autre histoire car c’est véritablement l’aventure et parfois nous nous demandions ou nous allions passer la nuit  et si l’on trouverait à se nourrir …..Mais les gens sont accueillants

Cette année donc nous avons terminé cette vélo route 6 par la portion qui nous manquait c'est-à-dire Nantes  / Bales. Au total 1450 km en suivant La Loire / Les canaux du centre et de Bourgogne / la Saône / Le Doubs et pour finir le Rhin.

Claude G.


Coucou les amis,

Bientôt le retour, ici on creve de chaud, 34°, le contraste va etre terrible.

A bientôt, prêt a faire du vtt une petite pointe de douleur a l épaule mais ça baigne

Les deux billon en Nouvelle Zélande

LES VOEUX DU CCL EN IMAGE

LA LOIRE EN VELO
Un beau PPS réalisé par notre ami Michel B
La Loire à Vélo 09-2014 M B.pps
Présentation Microsoft Power Point 9.4 MB

Essai : Le Tourmalet en VTT  Assistance Electrique

(VAE Scott Spark e-720.)

 

Pendant la cure de ma femme a Barèges, j'en ai profité pour tester le VAE en Haute montagne du 13 au 18 octobre, le beau  temps était de la partie . Sur route. par l'ancienne route "Laurent Fignon" interdite aux voitures (éboulements), montée tranquille avec assistance normale, arrivée en haut usure de la batterie  a moitié. par contre descente rapide du fait du poids de l'engin , mes freins Shimano "première monte" ont souffert, le disque était bleui a l'arrivée. Des Vététistes de Tarbes en VAE (2 Haibikes et 1 Moustache) rencontrés lors d'une autre montée en foret, m'ont confirmé qu'il fallait mieux  comme eux, avoir des disques de 203 mm. En descente, bonne maniabilité  de mon Scott dans les épingles. En conclusion si vous voulez faire du VAE en Montagne, choisissez de bon freins.

 Avec quelques photos d'animaux en liberté sur les pentes du Tourmalet

Alain,  le trésorier.

Ballade sur le Danube du 22 Aout au 10 Septembre 2014 .
5 participants   ...Dany , Christian et Claude du CCL et Jean pierre et Daniel du CCCoudoux .
Depuis plusieurs années fin Aout  nous parcourons la veloroute 6 par tronçons de 1000 km environ départ  de Nantes Jusqu'a la mer noire en suivant la Loire , Le Rhin , Le Danube  .Soit de L'océan a la mer noire .
Cette année c'était la fin de notre périple en suivant le Danube à travers la Serbie , la Bulgarie et la Roumanie . Le Danube se jetant dans la mer noire en Roumanie .
Nous avons fait 1200km a travers des paysages grandioses  ou la pauvreté des campagnes contraste avec la toute  relative aisance des villes .
Du retard au départ à Belgrade . tous les sacs n'étant  pas arrivé  plus  quelques erreurs dans le comptage des km et c'est presque 100 km par jour avec sacoches que nous avons du faire pour terminer notre périple dans les temps .
beaucoup de souvenirs pendant ces 3 semaines hors de France et des projets pour l'an prochain .
Claude

Un bonjour du pays de Vizenco Nibali où la montée de l'Etna n'a rien à envier à notre mont Ventoux @+ sur le vélo. 

Rémi P

Bonjour de Papeete

 

Salut le CCL,

 
J'ai bien reçu votre bonjour par l'intermédiaire de l'AF077 vendredi matin, à mon tour de vous saluer. 
Je suis vos aventures "cyclistiques" sur le site, et vous confirme que le vélo et le CCL me manquent !
Pour info, s'il vous arrive, à Papeete, de croiser à Paofai un gars qui fait du footing avec un cuissard du CCL, c'est Franco !!!
Mes amitiés tropicales aux membres du CCL !
 
Franco
 
PS comme vous pourrez le constater sur les photos la vie est insupportable ici !

Bonjour de Dordogne

Désolé, j'ai trahi l'esprit VTT, j'ai fait de la route sous la menace de
mes deux voisins. Mais on s'est bien amusés à Saint Pompon (c'est le
vrai nom du village)
Avec toutes les amitiés des Périgourdins
Domi, Michel, Roland

Un petit coucou de Papeete

Bonjour le CCL,

J'ai bien reçu le bonjour de l'AFR076 (Christophe pilote de ligne) de votre part il y a 15 jours 3 semaine et vous en remercie. Ici tout va bien et je suis vos activités via le site ...

En pj une photo prise un matin de mon "bureau" peu après l'atterrissage de l'AFR076 !

Je vous envoie mes amitiés et surtout vous en voudrai si l'un de vous passe par Papeete sans me le dire !

Amicalement

Franco Angela et Marie

Le CCL au Ventoux en 2003 : 10 ans déjà
VENTOUX.ppt.pps
Présentation Microsoft Power Point 2.4 MB

 

Petit coucou de nos amis "Tahitiens"

qui nous propose de faire l'AG 2014 sur une plage du pacifique

je le proposerai aux membres du bureau à la réunion de vendredi prochain

il faut rêver de temps en temps, même au CCL

Merci à Angela et Franco, nous leur envoyons un petit coucou

de Lambesc et du club

Gépétto

 

Hello Bernard,

Je ne vous ai pas oublié et je suis régulièrement la vie du CCL par mail et visite du site, d'ailleurs je te confirme que je ne pourrai pas participer à la prochaine AG à moins que tu la délocalise à Tahiti ! ;-))

Ici tout "roule", j'ai fait une croix sur le vélo ( trop de circulation ici ) mais me suis mis au footing et donc le cuissard du CCL court à Papeete.

Nous sommes rentrés de métropole le 27 août, mais lors de mon bref passage à Lambesc ( 10 jours y compris le mariage de mon fils aîné Pierre ), je n'ai eu l'occasion de parler qu'avec Jacques à CASINO et ai aperçu Jeannot et Jean Marie rentrer à vélo vers Rognes un mardi midi.

Mes amitiés à vous tous et longue vie au CCL !

Angela et Franco

Adieu l'ami : Merci pour tous les bons moments passés ensemble, tu vas nous manquer

Nous avons des artistes parmi nous!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Peinture de notre ami Robert Rampal
Peinture de notre ami Robert Rampal

Cyclo-Club Lambesc

Ce modeste site est à l'entière disposition des adhérents.

Vos articles, vos idées, vos rubriques seront les bienvenus.

Je reste à votre disposition pour modifier tout article, toute photo, toute faute d'orthographe qui pourrait choquer l'un d'entre vous.

Je compte sur vous pour faire vivre ce site que je veux très convivial.

Vive le CCL.

Paul